roses_hybrides_005

"Quelques reflets dans l'eau de pluie" 
technique mixte sur bois, 11.6 x 14.3 cm

 

    Un soir, j’ai vu Rose glisser vers elle-même. Les facettes blanche et noire se sont séparées, un instant bref, une incalculable seconde, pour aussitôt se rejoindre, se fondre en elles-mêmes. J’ai vu la grammaire des sens dériver. Amarres à la traîne, Rose m’est apparue telle qu’elle-même, au milieu du  fleuve : ses deux pôles emportés par un courant si violent que ses jupes s’en soulevaient. Ses mains s’agrippant aux coques lisses de son propre corps... J’ai vu Rose s’aimer et se faire l’amour à elle-même, pour moi, pour moi !!! Observateur aveugle !!! Dans ce regard que moi, pauvre idiot, je pouvais poser sur ces gestes-là, dupliqués, soyeux, pénétrants !!! J’ai vu Rose se laisser aller dans la confiance d’une nuit aux odeurs de mémoire vive.

(Otto Ganz, La toute fine Ombre des Fleur, éd. Maëlstrom, Bruxelles, à paraître)